Des volontaires étrangers dans la Légion pour servir la France ! 1914
Hommage rendu à l’Escadrille Lafayette
La N.124 -> l’escadrille « La Fayette » 1915-18

Au début de 1915, William Thaw et les autres furent rejoint par Norman Prince, un pilote américain, né en France. Norman Prince était obstiné et avait un rêve: une escadrille composée uniquement d’Américains. Son obstination ainsi que l’appui d’un jeune fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères avec lequel il s’était lié d’amitié, Jarousse de Sillac, avait fait connaître son projet d’escadrille américaine auprès du commandement français. Les choses prirent de l’ampleur et le projet pris forme, quand Thaw , Prince et son ami Christopher Cowdin eurent une permission pour passer Noël (1915) chez eux , aux USA ….

Ce séjour fut le détonateur, qui fit prendre conscience à l’opinion américaine, que cela les concernait aussi, que la France n’était pas qu’un pays lointain qui défendait avec acharnement son territoire envahi. Un accueil enthousiaste par toute la population ainsi qu’une partie de la presse locale, acheva aussi les doutes du coté français…
…le 18 avril 1916, l’escadrille 124, « l’escadrille américaine » existait !

Mai 1916 à Luxeuil-les –Bains : les 9 premiers pilotes de la N.124.
De gauche à droite. Chapman, Cowdin, Bert Hall, Thaw, Thénault, de Laage de Meux, Norman Prince, Kiffin Rockwell, Mac Connell.

Comme les USA n’étaient pas en guerre avec l’Allemagne, le commandement ainsi que les mécaniciens et le matériel (roulant et volant) de la 124 sera entièrement français. Le capitaine Thénault et son adjoint le Lt de Laage de Meux reçurent le commandement de l’escadrille. L’escadrille fut installée à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône – front d’Alsace).

Le commandant de L’escadrille, le capitaine Georges Thénault et son chien Fram posent devant un SPAD.

 

Le 1er mai 1916, l’escadrille reçut les 6 premiers « Bébé Nieuport » (Nieuport 11).
Le 19 mai 1916, la N.128 reçut l’ordre de transfert, près de Bar-le-Duc pour un renforcement du front de Verdun. Ils y trouvèrent aussi la N.3 (les cigognes avec Guynemer et Dorme).

Raoul Lufbéry : de l’aveu de tous les membres de l’escadrille,
le meilleur pilote de l’escadrille « La Fayette »(16 victoires avec la N.124).

Le Cpt Thénault savait que les adversaires dans la zone étaient coriaces avec notamment le meilleur du moment : Oswald Boelke.
Pendant les mois qui viennent d’autres pilotes américains s’ajouteront à l’escadrille, il y aura des victoires …mais aussi des drames….
Le 20 septembre 1916, l’escadrille reçut 6 nouveaux Nieuport 17. Le 21 octobre 1916, la N.124 est envoyée à Cachy dans la Somme où elle sera intégrée au Groupe de Combat 13 (GC13).
La plupart des pilotes de la N.124 devaient faire le trajet en train, l’escadrille ne disposant que de 6 Nieuport en état de marche! A cette époque, Cachy hébergeait aussi le GC 12 « des cigognes ». Le 5 novembre un exemplaire d’un SPAD 7 est délivré.

Entretien des SPAD sur le terrain de Cachy

Au fil des mois, les incidents diplomatiques allaient en crescendo entre l’Allemagne et les USA : …Comment les Etats-Unis, pays neutre, pouvait accepter qu’une « escadrille américaine » combatte l’armée allemande au sein de l’armée française !?? La presse prussienne se déchaîne: « Les Etats-Unis favorisent notre ennemi d’une façon contraire à la neutralité ! ».
Le 6 décembre 1916, le général Joffre pris acte d’une instruction émanant du ministère de la guerre : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que pour satisfaire une demande en provenance des Etats-Unis, l’escadrille des volontaires américains sera désormais connue sous le nom de d’Escadrille La Fayette » …. « La Fayette Escadrille » !
L’escadrille La Fayette se devait d’avoir un insigne de reconnaissance : le Cpt Thénault eu l’idée d’une tête d’indien séminole (appelé tête de sioux) peinte sur le fuselage. Le mécanicien Suchet ainsi que Sgt Harold Willis s’occupèrent de la conception de l’insigne.


Harold Willis le concepteur de l’insigne de l’escadrille : la tête d’indien séminole dite « Tête de Sioux »

De décembre 1916 à février 1917, ils eurent du mauvais temps, l’escadrille toute entière était comme figée, la pluie, neige et le froid empêchant les sorties…. Le front restait calme !
Le 15 mars, pour la première fois de puis quelques mois, l’armée française lança une offensive et repris Nesles et Noyon, les pilotes de la N.124 participèrent au soutien des vagues d’assaut, par patrouille de 2 appareils.
Mais l’événement du début 1917 fut sans conteste l’entrée en guerre des Etats-Unis auprès des alliées (Suite notamment au torpillage du paquebot britannique «Lusitania», qui fit 128 victimes américaines. le Congrès vote la guerre à l'Allemagne, le 4 février 1917. Le 6 février, le Président Woodrow Wilson déclarait officiellement la guerre).


The Yanks arrive !

Du coté Allemand, en ce début de 1917, l’aviation avaient aussi changé : pendant l’hiver calme de 1916, les allemand produirent énormément d’avions, notamment l’Albatros DIII. A l’époque la firme « Albatros » produisait 60% des chasseurs allemands.
Les Allemands avaient aussi élaboré une nouvelle tactique de vol : elle était appelée par les pilotes alliées, le « Flying Circus ».Dès que l’escadrille allemande, composée de 8 ou 10 Albatros, apercevait l’ennemi, les avions (le plus souvent bariolés de couleurs vives) volaient en cercle l’un à la suite des autres comme au cirque, ainsi ils protégeaient mutuellement leur arrière….


Certains peuvent s’étonner de retrouver une croix gammée sur un SPADXII français, piloté par des Américains!! En fait cette croix sur le fuselage est un signe indien qui prendra une autre signification un peu plus tard…

Le 3 juin, transfert de « LE Squadron » à Chaudron dans le secteur du « Chemin des Dames » (front de la Marne). La N.124 atteint là son plus important effectif depuis le début soit 27 pilotes.
Le Cpt Thénault reçu aussi du matériel volant. L’escadrille comptait 18 appareils dont 10 SPAD.
Le 17 juillet 1917, le N.124 fut transférée sur le front des Flandres à Saint-Pol-sur-Mer (près de Dunkerque). Ils profitèrent pour s’essayer au largage de
bombes de 10kg, fixées sous les plans inférieurs des Nieuport et des SPAD, sur des bouées flottantes au large des côtes.
Le 15 Août, l’Escadrille La Fayette à l’honneur de recevoir le général Pétain (vainqueur de Verdun), pour se voir décerner la 1ère citation à l’ordre de l’armée.
Honneur particulièrement bien accueilli par les boys et leur commandement .... on s’en doute.
L’escadrille était régulièrement transférée, tout au long de l’automne 1917.

En fait, l’entrée en guerre des Etats-Unis (février1917), marquait à terme, la fin de l’escadrille La Fayette.
En effet, les USA, après un temps pour se constituer une armée opérationnelle en France, avaient besoin de pilotes américains expérimentés au combat, comme ceux de la N.124 l’étaient. Un accord entre la France et les USA, invita tous les pilotes à offrir leurs services aux corps expéditionnaire des Etats-Unis. Ils pouvaient toutefois rester au sein de l’armée française si ils le voulaient. Tous répondirent présents à leur mère patrie sauf Edwin Charles Parsons, qui choisi de rester avec ses camarades français….puis demanda son transfert dans la SPA3.
Dans leur nouvelle escadrille Thaw (103rd) et Lufbéry (94th) furent promus Commandant.
Le 18 janvier 1917, Georges Thénault fut promu aussi Commandant et quitta la N.124 pour prendre la direction de l’instruction de l’école de pilotage de Pau.

L’époque héroïque des premiers volontaires était terminée.